article pour le journal d' Issoire commmunauté

Publié le par François-Xavier Peron

Je remercie toutes celles et tous ceux qui m’ont  témoigné leur confiance et apporté leur soutien lors de ces élections cantonales.

 

          Face à un candidat qui avait l’avantage d’être Conseiller sortant, et dans un contexte national défavorable, notre résultat bien qu’insuffisant est honorable. Nous avons réussi à fédérer des forces très diverses autour d’un projet : la défense de l’intérêt général de notre territoire.

 

          Nous avons multiplié les rencontres et vous avez été nombreux à accepter d’échanger avec nous. De cette expérience, je sors enrichi et fortifié dans l’idée qu’un autre choix est possible pour ce territoire, une alternative à celui qui nous est imposé ; un choix crédible et porteur d’espoir pour la Communauté de Communes.

 

 

Quel avenir pour notre Communauté de communes ?

 

          Le découpage actuel de notre Communauté n’est pas pertinent. Il doit être revu à l’Est avec une fusion à terme avec les coteaux de l’Allier, mais il doit s’attacher aussi à suivre l’axe de l’Allier et de l’A 75 qui dessert notre territoire.

 

          Nous devons en effet imaginer un développement de notre économie grâce à l’implantation d’entreprises sur des terrains faisant face à l’autoroute, situées principalement au sud d’Issoire.

 

          Malheureusement au lieu de parler de compétences communes, de projets intercommunaux, d’intérêt général, les élus actuels ne parlent que de rivalités et de querelles de chefs. C’est ainsi que  Monsieur MAGNE, Monsieur CHABAUD et Monsieur GUILLET refusent de participer à la réunion du bureau de communauté de communes du 30 mars 2011 et que Monsieur ROUX, Président de la communauté de communes en vient à écrire : "Cela confirme ce que je craignais, à savoir que les belles paroles de Jacques MAGNE le lundi 21 mars n’étaient qu’un jeu de dupes uniquement destiné à reprendre la main sur la future Communauté de communes".

         

          Pour ma part, je dis "STOP». Il faut que cessent ces déchirements tellement nuisibles à notre territoire.

 

          J’observe les faits et voici ce que je déplore :

-      la situation actuelle  nous fait perdre chaque jour de l’argent (dotations de l’Etat) par défaut de communauté de compétences.

-       Les humeurs de nos élus c’est une chose, la réalité de notre territoire et des communes en est une autre. N’oublions pas que les mandats d’élus sont éphémères mais que les territoires subsistent. Alors travaillons tous ensemble, enfin pour l’intérêt général

-      Issoire Communauté a bien œuvré depuis sa création. Elle s’est dotée d’une équipe administrative efficace et compétente. Ses premières réalisations (stade nautique, projet économique Polydiam, relai d’assistantes maternelles, foyer des jeunes travailleurs,…) sont remarquables et saluées comme telles par tous.

               Servons nous de ces acquis et de cette expérience pour progresser encore.

-       Grande ou petite, chaque commune doit être faire l’objet d’un égal respect.

-      Notre zone économique, par manque de disponibilités foncières, risque d’être asphyxiée. Notre équipe a créée il y a dix ans la zone, exceptionnelle, de Lavaur-La Béchade. Elle a apporté une diversification des activités rassurante (Il n’est jamais bon "de mettre tous ses œufs dans le même panier") et a créé de nombreux emplois. Pour continuer à prospérer, il faut assurer des conditions favorables à son extension,

     dans le cadre d’une Communauté élargie et apaisée.

 

          Suite à ce constat alarmant, je souhaite fonder mon action sur l’expérience que j’ai acquise et qui me conduit, dans le respect de toute  opinion politique, à défendre l’intérêt général de notre territoire et à défendre son avenir.

 

Retour sur la visite du Président de la République

     Alcan décidait en 2010 d’investir à Issoire dans une unité aluminium lithium. Parallèlement, l’état entrait dans le capital d’Alcan à hauteur de 10%. Pour ces deux raisons, nous avons souhaité et milité activement pour la venue du chef de l’état  dans notre cité.

La visite du Président de la République le jeudi 7 mars, est un signe de reconnaissance pour l’usine et ses salaries, un formidable coup de projecteur pour Issoire, et un bénéfice indiscutable pour l’économie locale et son avenir.

 

 

                                                                               Bertrand BARRAUD

Commenter cet article