Article pour le journal de la ville d' Issoire novembre 2011

Publié le par François-Xavier Peron

Dans le précédent journal, je regrettais que les élus locaux ne s’intéressent pas à la venue de nouvelles  filières de formation à Issoire.  Attirer de nouveaux étudiants serait pourtant  un moyen de soutenir l’économie locale et en même temps de donner un visage complètement neuf à notre ville. Ce serait aussi répondre à un souci permanent de nos entreprises, en faisant appel à une main d’œuvre locale  formée aux métiers de notre territoire. Le défi à relever est formidable et, cependant, il n’intéresse pas la municipalité actuelle. Pour notre part, nous ne cessons de formuler des propositions.

Ainsi, j’ai décidé d’écrire au Ministre de l’enseignement supérieur, pour défendre le projet d’implantation d’un pôle de formation aux  métiers de l’aéronautique à Issoire. Les élus en charge de l’économie ont refusé de cosigner cette lettre .Dommage ! Ensemble, nous pouvions défendre l’intérêt général du territoire.

Pour ma part, avec mes collègues de l’opposition, je continuerai à travailler, avec détermination pour l’avenir de notre région. Je souhaite porter à votre connaissance ce courrier et les arguments que nous défendons.

                 

 Bertrand Barraud  et les élus d’ensemble demain Issoire

 

 

Bertrand BARRAUD

Conseiller municipal d’Issoire

Conseiller communautaire d’Issoire Communauté

                                                                                                                      Issoire, le 11/10/2011

 

Monsieur Laurent WAUQUIEZ

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

              

Monsieur le Ministre,

 

J’ai l’honneur d’appeler votre attention sur l’éventuelle implantation d’un lycée des métiers de l’aéronautique à Issoire.

 

J’ai été informé par Monsieur Francis LAMY, Préfet de région, à l’occasion de sa venue à Issoire le 28/07/2011 de la possible création d’un tel établissement à Aulnat.

 

Ce projet semble recevable en Auvergne car le secteur de l’aéronautique est en plein développement dans notre Région. Par contre il me semble à dire le vrai que le choix d’Issoire serait encore plus pertinent. Avec Constellium, Aubert et Duval, Issoire Aviation et divers autres sous traitants, mais aussi avec notre future plate-forme de recherche et d’innovation Polydyam dans le domaine des matériaux (caoutchoucs, polymères et élastomères) en milieux complexes et des énergies nécessaires aux transports (automobile et aéronautique), la cité de Saint Austremoine est sans aucun doute le leader auvergnat de ce secteur. La présence d’un aérodrome et la disponibilité de plusieurs bâtiments ou terrains adéquats pour une telle formation sont autant d’éléments qui devraient jouer en notre faveur. Souvenons nous que le premier avion tout carbone au monde est fabriqué à Issoire. Les plus grands spécialistes de l’aéronautique sont présents et sont prêts à transmettre leur savoir faire. Les répercussions économiques en terme de renommée et de création d’emplois seraient exceptionnelles pour notre ville.

 

            Je suis persuadé depuis plusieurs années qu’un complément de formation sur Issoire est possible. Pour dire cela, je m’appuie notamment sur le travail de l’ancien proviseur du Lycée professionnel Sainte Claire Deville à Issoire, Monsieur René MANSARD, dont la thèse sur le sujet est qu’un lycée des métiers à Issoire est non seulement possible mais nécessaire. Il préconise la création à Issoire d’un établissement qui pourrait prendre la forme d’un lycée des métiers intégrant les séries générales, technologiques et professionnelles du niveau V (CAP) au niveau II (licence professionnelle) prenant en compte tous les dispositifs de formation.

 

En vous remerciant d’avance pour votre très haute bienveillance, je reste à votre entière disposition pour vous rencontrer avec les responsables d’Issoire Communauté et je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mes sentiments les plus dévoués.

                                                                                                                     

 

Bertrand BARRAUD

Commenter cet article